2 articles par jour, c'est trop ? 
J'ai trop de choses à partager en ce moment. 

Ca fait un moment que je veux te parler de ce sujet, mais seulement je veux le faire comme il faut, parce qu'il est tellement important pour moi. 
Est-ce que tu t'es déjà rendu compte qu'on avait un problème avec notre téléphone ? Je suppose que oui, quand même, tout le monde a remarqué à quel point il avait du mal à s'en séparer. Quand on le casse, ou quand on n'a plus de batterie... Là on le remarque. Mais est-ce que tu t'es déjà demandé ce qu'il se passerait si tu essayais de changer ça ? De faire une cure !? Moi oui ! Et ça m'a donné très envie... 
Je suis beaucoup moins accro que quand j'étais une adolescente, il m'arrive d'oublier l'existence de mon portable et de ne pas le mettre à charger pendant des heures parce que je me sens, bizarrement, mieux que d'habitude, libérée et que je n'ai aucune envie qu'il se rallume. Mais pour en arriver là, je suis passée par ces moments où tout tournait autour de ce téléphone. 

J'ai 23 ans, donc j'ai commencé à me servir des réseaux sociaux vers l'âge de 12 ou 13 ans je pense. Il y avait MySpace, mais je n'y comprenais pas grand chose, et puis j'ai trouvé Facebook. Je ne me souviens pas vraiment de ce qu'on y partageait à cet âge là, je ne pense pas que ce fut très intéressant, même si des années plus tard, je ne sais pas si ça l'est beaucoup plus. 
Et surtout, il y avait MSN ! Alors ça, je ne sais pas si je pourrais en dire du mal. Pour moi c'était un vrai réseau SOCIAL ! Alors certes, on y passait sûrement trop de temps, alors qu'on pouvait aller jouer dehors, découvrir la nature et lire des livres. Mais au moins, on échangeait vraiment, on se faisait des amis et on discutait, il y avait du partage ! C'est sûrement ça qui m'a donné l'envie et le besoin d'avoir des amis, toujours, et qui a fait que j'y ai, jusqu'à maintenant, accordé un peu trop d'importance. 

Bref, les années passent... On a un téléphone portable. 
Bon alors moi, j'ai eu mon premier téléphone à 6 ans. (QUOI ??? Mais quelle horreur !!!) Oui, en fait ma mère travaillait beaucoup et j'allais parfois à l'école seule, alors je l'appelais sur la route. Mais à cette époque, un téléphone ne servait qu'à appeler, donc même si les copains me trouvaient trop cool d'avoir un téléphone à l'école (que je donnais au professeur en arrivant et récupérais à la fin de la journée), ça ne me changeait pas grand chose à part le fait que je pouvais contacter ma mère quand elle n'était pas là physiquement. 

J'ai commencé à me servir des réseaux sociaux sur le téléphone en même temps que tous les jeunes de mon âge, voire même un peu après, parce que j'ai eu mon premier Smartphone après les autres finalement. 
Oui j'y ai passé des heures et des heures, oui j'ai prit mon téléphone machinalement dans ma main dès que je ne faisais rien , ou même quand j'avais plus important à faire mais que je n'avais pas envie. 
Oui, j'ai commencé à angoisser quand je n'avais pas de réponse à un sms, quand ce que je publais n'avais pas l'air de plaire, quand je me trouvais laide sur la photo que je venais de prendre et que je ne pouvais pas la montrer... 
Je suis passée par cette période, pendant laquelle l'essentiel de ma vie tournait autour de mon téléphone. 

Les réseaux sociaux m'ont alors entrainés dans cette vie ou TOUT est contrôlé POUR LES AUTRES. Cette vie où le regard des autres et les commentaires que tu lis ou entends (pas toujours en face de toi bien sûr) te dictent tout ce que tu dois faire. 

 

_DSC0019

 

Je crois que la première fois que je me suis rendue compte que ce que je faisais n'était pas bon pour moi, ni pour mon entourage, c'était en repas de famille. Tout le monde discutait, tout le monde se regardait. J'avais mes cousins autour de moi, et j'avais envie de profiter d'eux. Alors pourquoi je me sentais à l'écart ? Peut-être parce que j'avais ce téléphone dans la main qui m'appelait pour que je le regarde alors que j'avais mieux à faire. 

Alors tout doucement, avec les années, j'aimais de moins en moins être dérangée par des sonneries quand j'étais avec des gens que j'aime. Et même des gens que je ne connais pas encore d'ailleurs. Depuis, quand je suis avec quelqu'un, je me consacre uniquement à la personne qui est en face de moi. Parfois je garde mon téléphone sur la table, mais il est en silencieux, ou parfois, même, je le range au fond de mon sac et je l'oublie complètement. 
Et puis je crois que ça s'est fait naturellement, mais bien bien doucement, j'ai compris que quand j'aimais faire quelque chose, je voulais encore le laisser de côté. 
Non, je me mens à moi-même ! Il faut vraiment que ce soit quelque chose que j'adore faire, qui me passionne complètement. Parce que même devant un film, ou même pendant que je fais la vaisselle, j'ai encore ce réflexe de regarder ce qu'il se passe sur mon téléphone ou mon ordinateur. Mais j'en ai conscience et je sais que ce n'est pas bon. 

A force, ça m'angoisse, ça me stresse, je me sens emprisonnée là dedans, je me sens obligée de le faire, comme si j'en avais besoin... Alors j'ai commencé la méditation depuis quelques mois, et oui, je te le confirme, quand tu es dans le moment présent, concentré sur une seule chose à la fois, tu te sens TRES VITE beaucoup plus heureux.. Alors je veux absolument réapprendre à le faire. 

(au passage, ça fait aussi 2 ou 3 années que j'ai arrêté de courir après les Like et les commentaires sous toutes mes publications etc.. Mais ça, tu peux le comprendre si tu as lu mon article sur le fait d'avoir un blog)

Et oui, c'est comme une drogue. Et personnellement, j'ai horreur des drogues. Je ne veux jamais être une droguée. Et je crois que nous le sommes tous. 
Je te conseille fortement de lire cet article, qui explique bien mieux que moi tout ce que j'ai compris avec le temps et qui finit par nous faire mal. 

DIGITAL DETOX 

C'est le terme utilisé pour dire, cure de désintoxication de la drogue réseaux sociaux et écrans. 
Et j'ai très envie d'en faire une. 
Ce qui me ferait tellement plaisir, c'est la partager ici et qu'on soit plusieurs à la faire. 

Alors tu me diras, c'est contradictoire, on ira sur les écrans pour discuter des moments géniaux quand on ne va pas sur les écrans. Oui, mais on ira moins et on ira mieux. On ira pas sur notre écran pour ne rien faire et ne rien voir et ne rien apprendre. 
On apprendra à y aller moins, on apprendra à comprendre pourquoi on y va, à comprendre pourquoi c'est mieux de faire d'autres choses. On se conseillera, on s'aidera. Parce que comme toutes les désintoxications, on doit avoir du soutien. On doit sentir que c'est bien, qu'on s'en détache, de plus en plus et qu'on va se sentir mieux maintenant. 

J'aimerais créer un programme pour y aller petit à petit, qu'on le crée ensemble, et qu'on s'y tienne. Ca pourrait commencer par : aujourd'hui, pendant 1h, je fais ce qui me passionne et je ne touche pas à mon téléphone, ensuite je viens en discuter avec d'autres personnes ayant fait la même chose pour dire comment je me suis sentie, ce que ça m'a apporté. Et on se lance des défis plus grands, au fur et à mesure. 

Qu'est-ce que tu en penses ? 

Pour te convaincres, je voudrais que tu regardes cette vidéo, qui montre également tout ça plus clairement et qui fait prendre conscience qu'un changement doit être fait. 

Freeconnect-Digital Detox

Les commentaires de cet article sont consacrés à échanger sur tout ça, quel est ton rapport à ton téléphone (je crois que j'ai ma petite idée si tu es de ma génération), est-ce que ta vie te convient comme ça, est-ce que tu réussis à te séparer de ton portable et à l'oublier ? Est-ce que tu serais prêt à changer ce rapport, à te débarrasser de cette addiction ?