22 mai 2017

Besoin de partager, simplement.

Je me suis longtemps empêché d’écrire dans un VRAI blog, parce que j’étais entourée de personnes qui passaient leur temps à faire croire aux autres que c’était ridicule, parce que les « vraies blogueuses » étaient bien trop géniales, populaires et supérieures. Donc forcément, je m’étais mis en tête que ça n’intéresserait personne et qu’on me jugerait immédiatement.
Mais finalement, ces personnes ne font plus partie de ma vie aujourd’hui, et c’est une bonne chose.

 Et puis de toutes façons, je ne le fais pas pour plaire à qui que ce soit ni pour être une bloggueuse, loin de là, j’en ressens juste le besoin, je le fais rien que pour moi. Si ce que je raconte ne vous concerne pas et ne vous intéresse pas du tout, alors vous n’êtes pas obligés de lire et d’être ici. 

J’ai décidé de m’exprimer en totale liberté et surtout simplicité, sur mes humeurs, mes opinions et surtout mes coups de coeur. Je souhaite avant tout PARTAGER. Je pense que c’est de plus en plus rare, le partage. Tout le monde montre ce qu’il a, ce qu’il fait, pour se valoriser et montrer qu’il peut faire et avoir des choses que les autres n’ont pas. Moi j’estime que ce qui nous fait du bien, ce qui nous aide, ce qui nous donne des frissons, il faut le partager pour que les autres se sentent aussi bien, si ça les touche.
C’est pour ça que je partagerai tous les jours, ou presque, une musique qui me fait vibrer ou qui m’évoque des idées que je pense être utile de partager également.
Je partagerai aussi des points de vues, d’autres blogs, films, livres ou quoi que ce soit d’important pour moi. Je parlerai des personnes que j’aime, avec des valeurs importantes, des gens justes et honnêtes, ce qui est de plus en plus rare.. 

 

Je crée avant tout ce blog pour moi, pour les moments ou j’aurai besoin de m’exprimer, parce que je me suis trop empêché de le faire durant mon adolescence et le début de ma vie d’adulte. 
Et comme Tumblr ne permettait pas aux gens de commenter mes publications, je ne sentais donc pas assez le partage que je voulais créer. 


Alors, ce que je souhaite surtout, c'est que vous partagiez avec moi, vos opinions, vos réactions et de la musique, de l'art, des livres, des films que vous estimez importants de faire découvrir. Partageons simplement de belles choses, avec bienveillance ! Ca nous fera du bien, à tous, non ?

 

Posté par Justine_dlh à 14:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :


(G)rancoeur

 

J’en veux à ces mauvaises personnes que j’ai rencontré au collège. Lorsque je commençais doucement à me construire, que je ne savais pas encore qui je voulais être. J’étais une petite fille réservée, timide et hypersensible. Je savais juste que j’étais attirée par l’amitié. J’ai fait l’erreur d’observer et de me rapprocher des plus populaires. La fille la plus populaire de mon collège, c’était un fort caractère, c’est surement ça qui plaisait d’ailleurs. Mais à côté, j’étais toute petite, je ne parlais pas beaucoup et je n’avais pas de répartie. On en a profité pour m’écraser, se servir de moi , se moquer de mon apparence et profiter de ma gentillesse car je pardonnais toujours. Je pardonnais parce que j’étais trop gentille et parce que je ne voulais pas me retrouver seule, même si finalement, j’étais toujours seule… J’ai commencé à ne pas m’aimer.

Quand je suis arrivée au lycée, je me suis sentie libérée et j’ai eu l’impression que je pouvais être qui j’étais, que je pouvais essayer d’être différente et qu’on ne me jugerait pas, ou moins. C’était moins violent.. Pendant un an je l’ai fait.

J’en veux à cet homme qui est entré dans la vie de ma mère et qui nous a tout prit, en emportant, en partie, mon adolescence, ce qu’il me restait de l’enfance et le temps pour me construire. Je n’en dirai pas plus.

J’en veux à tous ces gens qui m’ont accusé de parler de mes souffrances, qui m’ont fait croire que j’étais en tort, que si je souffrais, il fallait le faire en silence, que se plaindre, c’est emmerdant pour les autres. J’en veux surtout à tous ces gens qui n’ont jamais dit ça avec tact, qui n’ont pas prit le temps de comprendre, qui ne se posaient même pas une seule question sur cette situation.

J’en veux à tous ces gens qui ne comprennent pas les gens fragiles, les hypersensibles. J’en veux aux gens qui m’ont fait croire que prendre les autres de haut, c’est ce qui prouve qu’on est fort, qu’il faut savoir trouver les mots pour se défendre et faire tomber celui qui nous défie tout de suite, pour se sentir mieux, et croire qu’on a gagné.

J’en veux à tous ces gens qui se croient supérieurs alors qu’ils n’ont jamais osé dire la vérité aux personnes concernées.

J’en veux à cette mauvaise personne que j’ai rencontré, qui m’a fait découvrir l’amour et qui m’en a donné une image dégueulasse. J’en veux à cette autre personne qui partage sa vie d’avoir osé débuter leur relation quand j’étais encore dans la mienne. J’en veux à tous ces hommes qui se permettent d’aller voir ailleurs quand une fille les aime de tout leur coeur.

J’en veux à tous ces hommes qui se sont fait avoir par cette connerie de pornos et ces publicités, qui disent que les femmes doivent être dans une certaine case et ne rien avoir de différent. Qui croient que la féminité c’est passer des heures à se maquiller, se coiffer et porter des talons hauts. Qui sont attirés par des femmes qui se ressemblent toutes et qui ont peut-être 100 fois moins de choses à leur apporter. Ces hommes qui croient que l’apparence, c’est ce qui les rendra heureux, qu’ils pourront se balader avec leur joli trophée et en être fier.

J’en veux à toutes ces personnes qui croient qu’il faut être comme ci ou comme ça… Qui jugent les gens différents et qui ne savent pas ouvrir leur esprit et leur coeur.

J’en veux à tous ces gens qui n’ont pas vu tout ce que je faisais pour eux, qui n’ont pas remarqué que si ils en avaient besoin, je mettais ma vie et mes soucis entre parenthèses pour les aider. J’en veux à ceux qui n’ont pas compris pourquoi j’avais besoin de revendiquer que j’étais si présente, que j’avais besoin d’un peu de soutien parfois aussi. J’en veux à tous ces gens qui m’ont fait croire que je n’avais rien pour moi, qui n’ont fait que dire ce qui n’allait pas, parler de moi en me jugeant, en critiquant. Qui m’ont donné cette impression que je n’avais rien d’intéressant, d’important, qui m’ont donné cette impression que je ne méritais pas d’être aimée. Qui m’ont enlevé cette envie d’amitié et m’ont fait découvrir que j’avais peur quand je me retrouvais en communauté. Peur de dire une bêtise, de me plaindre, de ne pas plaire, d’être une moins que rien, de ne servir à rien, pour personne.

J’en veux à ceux qui parlent beaucoup, qui parlent trop et qui n’agissent pas. J’en veux à ceux qui m’ont fait croire que j’avais de l’importance, parce que c’était tout ce qu’il me fallait pour croireencore et garder foi en l’amitié et qui n’ont fait que parler. 

J’en veux à tous ceux qui promettent et ne tiennent pas leurs promesses.

J’en veux à tous ces gens qui ne comprennent pas la gentillesse et qui ne la prennent pas. Qui s’en servent pour nous faire croire que la gentillesse est de la faiblesse.


Aujourd’hui, je suis fière d’être une gentille personne, et si tout l’amour que j’ai en moi, je ne peux pas vous le donner, je le donnerai uniquement à ceux qui savent le recevoir à partir de maintenant. Ma solitude est devenu ma meilleure amie, elle m’a permit de réfléchircorrectement et de grandir. Je déborde d’amour, depuis toujours, seulement on m’a tellement enlevé le peu d’amour que j’avais pour moi-même, qu’il m’est arrivé, parfois, c’est vrai, de ne plus réussir à le donner comme il fallait. Et je me suis faite accusée à ce moment. Au fond de moi, je sais que j’ai toujours tout fait pour être quelqu’un de bien, et si il n’y a que moi et ma famille pour me le rappeler, ça sera suffisant. Un jour, j’aurais confiance en moi, et j’aurais de nouveau énormément d’amour à revendre, ou plutôt à donner, mais si je veux en avoir toute ma vie, il faudra que je le donne uniquement à ceux qui savent le recevoir..

 

 

Kery James : Combien

Posté par Justine_dlh à 13:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :