30 mars 2018

Et si notre corps voulait nous transmettre des messages ?

L'année dernière, j'ai lu le passionnant livre de Lise Bourbeau -Les cinq blessures qui empêchent d'être soi-même- et j'ai apprit beaucoup sur moi, sur certains aspects de ma personnalité, sur certaines réactions que je pouvais avoir sans forcément réussir à les contrôler. 
Dans ce livre, Lise Bourbeau parle assez régulièrement du corps et de certaines maladies qui peuvent avoir beaucoup plus de sens qu'on ne l'imagine. Elle a d'ailleurs écrit plusieurs autres livres sur le corps et je suis impatiente de les lire. 

41MZepOK5DL

Ecouter son corps
Ce livre m'a ammené des pistes de réflexions sur mon rapport à mon corps et à ma santé. Je suis souvent tombée malade, et j'ai un système immutaire complètement nul, même si il y a pire, bien entendu. 
J'ai comme l'impression que mon système immunitaire est représentatif de ma personnalité : Je suis quelqu'un de fragile. 

Mal à dire
Est-ce qu'on ne devrait pas essayer de comprendre un peu plus ce qui nous arrive quand on tombe malade ? 
Sur internet, il existe des sites qui décrivent les significations symboliques de tout nos maux. Je suis de plus en plus convaincue qu'une maladie est en fait un mal intérieur et profond qu'on n'arrive pas à dire : Mal a dit.Pour preuve, je suis allée voir ce que signifiait des douleurs au genou, et j'étais bluffée, tout correspondait à mon vécu. Même si tout est arrivé suite à des blessures, comme je l'ai expliqué dans mon ByGala récemment, est-ce que la guérison et le fait que ça dur n'a pas un autre sens caché ? 
J'ai également regardé pour des proches, ma grand-mère par exemple, qui est quelqu'un de très dynamique et qui ne demande jamais rien à personne car elle veut s'occuper de tout elle-même et se plaint souvent d'avoir des douleurs dans tout son corps, comme de l'arthrose. Quand j'ai cherché à me renseigner, je suis tombé sur "Arthrite -> Se manifeste en général chez une personne dure envers elle-même, qui ne se donne pas le droit d'arrêter ou de faire ce qu'elle aime. Si elle a besoin d'aide, elle doit le demander plutôt que d'attendre que les autres fassent de la télépathie et devinent qu'elle désire de l'aide." C'est fou comme ça lui correspond. 

Il y a beaucoup d'autres exemples. Je te conseille comme site celui-ci et celui-là qui m'ont apporté déjà plusieurs pistes. 

Guérir
Une fois qu'on a ces pistes, et qu'on se sent concerné par ce que cette maladie pourrait signifier, il suffit de travailler sur l'aspect psychologique et sur ces significations symboliques justement. Qui sait ? Peut-être qu'en guérisant notre coeur et notre mental, notre corps se sentira, comme par magie, beaucoup mieux ? 

Qu'en penses-tu ? As-tu déjà remarqué des liens entre tes maladies et ton état émotionnel ? Est-ce que tu crois en cette théorie ? Je te conseille vivement d'essayer au moins une fois, par curiosité.


08 mars 2018

Ton bonheur ne doit jamais dépendre des autres

_DSC0442

Aujourd'hui je voudrais te parler d'un sujet qui me tient particulièrement à coeur parce que c'est une des prises de conscience que j'ai eu qui a le plus changé ma vie, ma vision du bonheur, des autres et surtout de moi-même. 
Je crois que c'est ce qui m'a toujours empêché d'avancer. Pendant plus de 22 ans, j'étais persuadée que mon bonheur dépendait des autres. Je ne sais pas vraiment d'où cette idée me venait. J'ai l'impression que c'est peut-être une idée très commune et que beaucoup pensent ça, mais je n'en suis pas certaine. Dans tous les cas, c'était une réelle conviction pour moi : si j'allais mal, c'était à cause des autres et pour aller bien, j'avais besoin des autres.

Quand j'y repense, je trouve ça absurde parce que j'ai parcouru beaucoup de chemin depuis que j'ai compris ça. Mais malgré tout, ce n'est pas si loin de moi, j'arrive encore à me sentir mal en pensant à des personnes, et à croire que c'est à cause d'eux que j'ai une boule au ventre. 

Pour réussir à te libérer de ces idées, tu as besoin de 2 choses : 
- Savoir te remettre en question
- Réussir à prendre du recul 

Ce n'est vraiment pas facile à faire, et je pense qu'il faut beaucoup d'entraînement. Même en le sachant pertinemment, j'ai du mal à l'appliquer quand des émotions très complexes arrivent comme le regret, la jalousie et surtout la rancoeur. 
Il faut que tu prêtes énormément d'attention à ces émotions, comprendre pourquoi tu les ressens, d'où elles viennent véritablement. Est-ce que l'autre t'a imposé cette sensation volontairement ? Est-ce que quelqu'un est vraiment capable de t'imposer une sensation ? Comme si il rentrait dans ton corps pour te faire du mal... Je ne pense pas. Tout se joue dans TA tête, dans ta façon de réagir et de voir les événements. C'est toi qui les interprète et c'est toi qui réagis en fonction de ton caractère, de ce qu'on t'a apprit dans ton éducation, de tes humeurs etc...  C'est toi qui te la fais subir, cette sensation désagréable. 
Alors bien sûr, parfois tu rencontres des gens qui n'ont pas forcément de bonnes intentions. Parfois ce sont des maladresses mais oui, ces personnes te font du mal, volontairement ou non. Mais dis-toi bien qu'elles ne pourront jamais contrôler ce que tu peux sentir au fond de toi, il n'y a que toi qui peut le faire. 

Cette idée rejoint celle qui m'a poussée à devenir ma propre meilleure amie, parce que j'ai compris que la seule personne qui pouvait changer mon état d'esprit, c'était moi.
Oui, ta famille, tes amis, ton entourage peut te conseiller, te soutenir, montrer de la compassion et être là pour toi. Mais ils auront beau faire et dire tout ce qu'ils pensent être le mieux pour toi, si tu ne décides pas de changer ton état d'esprit, il ne changera jamais. C'est à toi de le faire. 

Je crois qu'il est important de comprendre ça pour améliorer notre relation aux autres. Je vais te donner un exemple. 
On a tous connu, je pense, une amie qui venait de se séparer de son premier amour. Et si tu l'as vécu aussi, tu sais à quel point la douleur est compliquée à gérer. 
Souvent, quand c'est ta copine, par compassion, tu détestes un peu le garçon qui lui fait du mal. Alors tu lui dis que c'est un con, qu'il ne la méritait pas, qu'elle sera mieux sans lui blablabla... Et puis les jours passent, les semaines et ton amie ne va pas mieux. Tu lui donnes de plus en plus de conseils qui, toi, t'ont peut-être aidé à sortir de cette phase difficile : se changer les idées, voir du monde, s'occuper, faire du sport.. Peu importe. Et ta copine ne suit pas tes conseils, elle dit oui, elle dit merci, mais elle n'évolue pas. Et toi, tu t'énerves, et tu commences à perdre patience. 
Si tu as compris que toi seule peux agir pour ton bonheur, tu sais alors que c'est normal. Tu peux faire tout ce que tu veux pour une personne que tu aimes, tant qu'elle-même ne voudra pas changer, ça ne changera pas. 
Je ne dis pas que ça ne sert à rien, soutenir ton amie est primordial. Mais lui en vouloir de ne pas écouter tes conseils, c'est bête, parce que ce n'est pas toi qui pourra changer sa vie et son bonheur, c'est elle, toute seule. 

Tout comme toi, tu ne pourras pas recevoir un miracle et faire disparaitre toutes tes douleurs émotionnelles en attendant que quelqu'un vienne te secouer et les fasse disparaître. C'est à toi de réfléchir, de te remettre en question et de prendre le recul nécessaire pour démêler tous les noeuds qui se sont créer et te libérer de ce qui t'empêche de te sentir léger(e). 

Le dernier avantage que j'ai senti en apprenant ça, c'est que tu pourras d'autant plus aider, justement, ton entourage. 
Souvent, je me rendais malade de ne pas réussir à calmer les douleurs des gens que j'aime. Maintenant, je sais que je ne pourrai jamais le faire. 
Et puis, si je n'étais pas heureuse, moi-même, si je ne savais pas comment me rendre heureuse, je ne pouvais certainement pas le faire pour les autres ! 
- Aide toi, toi-même, et tu pourras aider les autres.- 

Tu pourras les aider, mais tu ne pourras jamais contrôler leurs pensées, leurs ressentis, comme ils ne pourront jamais contrôler les tiens. 

_DSC0438

28 février 2018

2/12

Pendant ce mois de février ..

→ Je suis allée voir Jamel Debbouze pour la 3ème fois et me suis rendue compte qu'il ne me déçoit vraiment jamais.
→ J'ai joué à Anastasia dans la neige.
→ J'ai fait beaucoup de crèpes.
→ J'ai vu le spectacle sublime de Ben Mazué -La princesse et le dictateur-.
→ J'ai eu un boubou pour la Saint-Valentin (c'est comme un doudou sauf que doudou c'est minou et boubou c'est le lapinou).     
               et non effectivement je n'ai pas beaucoup grandi en ce qui concerne mon âge mental...
→ J'ai enfin acheté mon Fairphone et j'en suis folle.
→ Je peux jouer à Animal Crossing dessuuuuus ! 
→ J'ai offert une rose à mon amoureux.
→ J'ai réussi à photographier la lune sans que ce soit trop flou.
→ Ca fait 59 jours que je n'ai pas fumé.

Capture d’écran 2018-02-25 à 19

Capture d’écran 2018-02-25 à 19

Capture d’écran 2018-02-25 à 19

08 février 2018

Hyperémotivité, fragilité, hypersensibilité ou empathie surdimensionnée… ?

_DSC8220

 Cela fait seulement quelques mois que j’ai répondu à une question qui me tourmentait depuis toujours. Je crois avoir toujours été quelqu’un de très sensible, qui pleure très facilement, bien que je me sois forcée à moins le faire en public depuis quelques années. Il me semble également que j’ai toujours connu des gros moments de stress, même pour pas grand chose, comme le fait de seulement devoir aller à l’école, ou dans certains cours. Parfois même, je ne comprenais pas que cette douleur qui me prenait tout près du coeur était en fait du stress ; je sentais seulement que j’avais du mal à respirer, surtout avant de dormir. Plus tard, j’ai compris que j’étais surtout très tourmentée par des problèmes ou des questions existentielles dès que je n’étais pas occupée, et que mes insomnies venaient de ces tourmentes. Après m’être posé énormément de questions sur ces émotions qui me submergeaient, en ayant remarqué que je pouvais être très triste pour très peu et très heureuse pour peu également, j’ai compris que mes contacts faisaient partie de tout ça, même sans le vouloir. Effectivement, je n’étais pas toujours bien entourée, et beaucoup de personnes malveillantes ou hypocrites me faisaient de la peine. Mais ce n’est pas ce que je veux dire ; je savais que j’aimais beaucoup observer les autres. Etant une petite fille, puis une jeune fille toujours très discrète de nature, j’ai prit l’habitude de plutôt écouter et regarder les autres. Et finalement, je me suis rendue compte qu’une de mes plus grosses qualités, surement LA plus grosse, était un peu trop extrême pour moi et qu’elle ne m’aidait pas toujours, c’est l’empathie. ("toute qualité, poussée à son extrême devient un défaut" P. Van Haver) J’ai toujours essayé de me servir de mes connaissances, de mon vécu et de cette qualité pour aider les gens que j’aimais, en me mettant à leur place. Mais j’ai compris il y’a quelques mois que même sans le vouloir, je ressentais souvent les émotions des personnes qui m’entourent, et malheureusement, elles ne sont pas toujours positives. Je ne veux pas dire par là que j’ai un don extraordinaire de voyance. Seulement en observant certains comportement ou en écoutant certains mots, si je comprends qu’une personne se sens mal à l’aise, angoissée ou triste, je ressens également ces émotions. C’est également pour ça que depuis des années, je m’efforce à être souriante et joyeuse, en mettant tous mes soucis de côté dès que je suis entourée, parce qu’en fait je pensais que c’était ce qu’il fallait pour que les autres se sentent bien. Et même en le faisant, j’avais une énorme boule au ventre, qui grossissait encore et encore dès que je m’efforçais d’être joyeuse au côté de quelqu’un qui ne l’était pas. Je ressentais en fait sa peine, sa tristesse ou sa colère, sauf que moi, je devais parfois cacher la mienne en plus de celle qu’il/elle me transmettait, et parfois, je n’arrivais plus à tenir et j’avais besoin de craquer pour tout évacuer certains jours. 

 

Le fait de comprendre que mon empathie n’était, en quelque sorte, pas toujours contrôlée m’a aidé à répondre à énormément de questions. Je n’étais donc pas seulement faible avec une petit coeur tout fragile, je faisais juste partie de ces personnes qui vivent les choses en plus grand. Et grâce à cette révélation, je peux maintenant comprendre plus facilement mes émotions et essayer de mieux gérer certaines situations ou certaines relations pour mon bien-être. Je peux aussi continuer à profiter des moments de bonheur, qui sont, eux aussi, amplifiés et vécus intensément, ce qui est vraiment merveilleux. Je suis reconnaissante d’être une hypersensible pour les belles choses que cela me procure très souvent. 

 

Si tu fais partie des hyperémotifs, hypersensibles, oui parfois c'est difficile à gérer et à encaisser, mais c'est aussi un énorme avantage la plupart du temps, surtout pour se sentir vivant ! 

31 janvier 2018

1/12

Le premier mois de l'année 2018... 

J'ai fini la lecture de 3 livres.
Je n'ai pas fumé une seule cigarette, ça fait donc 31 jours sans tabac
J'ai dépensé beaucoup trop d'argent pour les courses, il faut absolument que je trouve une nouvelle façon de m'organiser pour économiser. 
Je n'ai pas du tout regardé assez de films. 
J'ai trouvé que j'étais une super nounou, bienveillante et prudente, parce que j'ai beaucoup parlé avec mes chipies pour les comprendre. 
J'ai commencé un Bullet Journal qui m'a été très utile tous les jours ! Des listes, des listes et encore des listes...
J'ai commencé à remplir mon livre -3 ans de pensées positives- et j'en suis folle. 
J'ai prit la décision de faire des photos plus régulièrement, parce que j'adore ça. 
J'ai découvert BUBBLICIOUS ! Un salon de thé avec des thés glacés dans lesquels il y a des petits bulles de bonbons qui éclatent dans la bouche. Delicious !! 
Je me suis dit "Je t'aime" tous les jours.

Capture d’écran 2018-01-31 à 11

Capture d’écran 2018-01-31 à 11

Capture d’écran 2018-01-31 à 11


18 janvier 2018

J'ai trouvé ma meilleure amie pour la vie

Je me souviens de ma première meilleure amie, en primaire. C'était Hélène, une petite fille blondinette avec des yeux bleus, toute mignonne et j'étais folle d'elle. C'est aussi avec elle que j'ai connu mon premier chagrin d'amitié, ma première déception, l'ignorance, la blessure que ça nous inflige. 

Et puis une fois remise, j'en ai trouvé une autre, puis une autre, et ça durait plus ou moins longtemps, parfois quelques mois, parfois 2 ans... J'avais besoin d'avoir une meilleure amie. 
Alors parfois je m'étais complètement trompée, j'étais la seule à être si attachée, on se servait de moi, j'ai été malheureuse quand je l'ai compris. Certaines ne méritaient vraiment pas mon amour. 
Mais je rencontrais toujours une nouvelle personne, qui me ressemblait plus, qui m'apportait plus, et c'était toujours des coups de coeur, des filles que je n'oublierai jamais tellement je les ai aimé de tout mon coeur. 

Hélène, Mégane, Julie, Harmonie, Claire, Léa, Blandine, Florine... .. .... 

Il y a toujours eu un moment donné, où la relation changeait. J'apprenais qu'elle avait dit des choses méchantes sur moi, je comprenais ou je croyais qu'elle ne m'aimait pas, je commençais à voir des mauvais côtés et à m'éloigner... Et j'ai toujours perdu toutes ces personnes. Il y en a certaines à qui j'en veux encore parfois, que je peux même détester quand je repense à certaines trahisons. Il y en d'autres de qui je garderai toujours un magnifique souvenir, mais ce sont des histoires terminées, c'était génial, mais tout a changé, c'est du passé. 

Et puis l'année dernière, je me suis isolée, parce que j'en ressentais le besoin. Avec le recul je pense que j'ai reçu plein de signes de la vie qui m'ont poussé à le faire. 

Et alors que j'étais toute seule et que je ne faisais que penser aux autres, à toutes celles que j'avais perdu, en essayant encore et encore de comprendre pourquoi, alors que les situations étaient trop différentes à chaque fois, j'ai compris quelque chose. 
La seule et unique personne qui sera toujours avec moi, et qui m'accompagne depuis le début et m'accompagnera jusqu'à la fin : c'est moi-même ! 

C'est grâce à cette révélation que j'ai commencé à tout mettre en oeuvre pour comprendre qui je suis vraiment. En fait, j'ai fais connaissance avec moi-même. Et ensuite je me suis apprivoisé, j'ai appris à m'aimer. Et aujourd'hui j'ai trouvé ma meilleure amie, c'est moi ! Et je sais que je ne serai plus jamais déçue... 

 

Source :https://penseesdamour.files.wordpress.com/2014/02/cc3a2lin-c3a0-soi-mc3aame.jpg

 

09 janvier 2018

Pensée positive matinale

page-blanche

C'est dans un livre de méditation que j'ai trouvé cette citation, que l'auteur nous conseillait de noter et de déposer sur notre table de chevet. Je l'ai trouvé magnifique, et je compte bien la lire ou la dire tous les matins. 

Voir le soleil tous les jours, c'est une grande chance, non ? Pourquoi chercher toujours plus ? 

Laetitia, dans une de ses vidéos disait quelque chose qui m'a énormément marqué : "Je me suis réveillée ce matin et j'avais mal nulle part ! C'est merveilleux. Certaines personnes se lèvent avec des douleurs." 
Ayant été dans ce cas, tous les matins je vais sourire parce que je n'aurais pas si mal, ou pas mal du tout, et quel bonheur ! 

Vous savez c'est comme quand on a un gros rhume, on se dit : "Mais pourquoi je ne me rendais pas compte à quel point c'est BIEN de pouvoir respirer normalement par le nez !" mais quand le rhume est passé, on ne dit pas qu'on a de la chance ? C'est dommage.

Si on est en bonne santé, on ne devrait avoir aucune raison de se plaindre et on devrait voir à quel point on est chanceux, j'essaie de le faire tous les jours, en pensant que d'autres n'ont pas cette chance, et que je veux leur envoyer beaucoup d'amour et de courage. 

Je voulais absolument partager cette belle pensée. 
Je te souhaite une excellente journée, pleine de positif !

07 janvier 2018

Je ne suis pas blogueuse

En Mai 2017, j'ai créé ce blog. J'avais Tumblr mais je voulais avoir un vrai blog. Un blog de partage ! 

Pour faire connaître un blog, il y a, entre autres, Hellocoton. Et sur Hellocoton, on découvre des milliers de blogs à notre tour. 

On peut vite se sentir bien nulle quand on va sur Hellocoton. Il y a des blogs très intéressants et des blogs très très jolis et des blogs qui fonctionnent parfaitement à chaque nouvel article publié, sans exception. 

Ce qui me pose problème, c'est que j'ai remarqué qu'il faut, apparemment, suivre certains codes pour que notre blog fonctionne et soit lu. Il faut absolument avoir un design qui attire, sinon on ferme la page. Ca veut dire que tout doit être beau ? Le contenu est secondaire ? Je trouve ça vraiment dommage. 

J'ai remarqué aussi beaucoup de blogs dont les sujets sont à peu près tous les mêmes, et on n'apprend pas grand chose. 

J'ai remarqué les articles volontairement différents, pour se démarquer, pour que les gens lisent et se disent : "Wouaaa, ça change, c'est original." Mais régulièrement, je les sentais faux, je ne sentais pas de réelle conviction. 

J'ai vu les techniques des blogueuses, pour obtenir des commentaires. J'ai eu l'impression d'être dans un univers totalement hypocrite, où on se force à aller commenter le blog de quelqu'un pour qu'il vienne sur le notre, ou bien qu'on y va par "obligation" parce que l'autre a eu la gentillesse de nous mettre un commentaire. L'impression de revenir à ce fameux "1 com -> j'en rends 10" à l'époque des Skyblogs, à l'époque de la pré-adolescence, bien que maintenant on fasse l'effort de s'intéresser un minimum au sujet de l'article pour pouvoir écrire une phrase ayant un rapport avec celui-ci, c'est déjà sympa, c'est vrai. 

Il y a les blogs avec un sacré contenu, hyper riche, hyper intéressant, hyper différent, qui n'ont pas un seul commentaire, simplement parce que c'est écrit en noir, sur fond blanc, et que les gens ne prennent pas la peine de s'arrêter. 

Il y a les photos aussi. Quand on publie un nouvel article, il se partage automatiquement sur Hellocoton, et si on n'a pas mit de photo, il y a une grande image toute grise au dessus du titre de notre nouvel article. Et c'est moche, c'est gris, alors on n'a pas envie d'aller lire. Alors il y a ces superbes photos, pastelles ou pleines de couleurs, lumineuses, qui attirent l'oeil et qui prennent plus de place que tout le reste de l'article qui ne parlaient pourtant pas à un seul moment de photo ! Et ça marche.
J'ai donc vu aussi ces blogs, remplis de superbes photos, des photos que j'avais vu ailleurs, des photos qu'ils/elles ont prise sur internet, parce qu'ils/elles veulent juste des chiffres, des vus, des likes, des commentaires. 

 

cropped-trucs-de-blogueuse-header1

 

J'ai rencontré aussi des personnes. Je suis tombée sur des blogs, et là, magie ! Je n'avais plus l'impression d'être simplement sur un site, un joli site. J'étais en train de lire les mots d'une personne. Et je commente, la personne me répond, la personne est touchée. La personne est réelle, a des sentiments et ça se voit, elle est passionnée par ce qu'elle dit. 
Quand on sent la passion, tout est beaucoup plus beau, et je suis contente de voir qu'il y en a. Ces blogs qu'on suit, auxquels on s'abonne. On attend la suite, avec impatience et on lit d'une façon différente, parce qu'on aime les idées de quelqu'un...

J'ai l'impression qu'il y en a trop peu, malheureusement. 

Je voulais préciser, en ce début d'année, que je n'ai pas fait un blog pour me sentir blogueuse. J'ai fait un blog parce que j'aime partager, écrire me libère souvent et parce que j'adore faire découvrir au monde ce qui me fait vibrer, parce que je voudrais que tout le monde puisse ressentir ce que je ressens. Et non pas parce que j'aimerais que tout le monde regarde ce que j'ai la chance de ressentir ou d'avoir. Je veux le transmettre. 
Je voulais préciser que je ne commenterai jamais les articles qui ne m'ont servi à rien, même si j'aimerais que tu vois mon blog, même si tu as eu la gentillesse de réagir à ce que j'ai publié. Je ne serai jamais hypocrite pour qu'on me lise. 
J'écris pour ceux que ça intéresse, je partage ce que j'aime, et ça plaira à ceux qui aiment ce genre de contenu. 
Je ne ferai jamais d'articles juste parce que je sais que c'est tendance, et que je serai peut-être mise en avant. 
Je ne serai jamais fausse, je resterai moi. 

Je ne ferai jamais en sorte d'être lue à tout prix, et de plaire à tout le monde. 

Je continuerai à partager, avant tout pour moi. 
C'est grâce à ça que je suis touchée par chaque réaction, parce que je sais qu'elles sont pures et qu'elles sont sincères. 
Et je suis super heureuse d'avoir un blog qui me ressemble et ou je suis libre de dire et faire tout ce que je veux ! 

Je veux être une partageuse, pas une blogueuse ! 

05 janvier 2018

Reste concentrée sur le présent

Je continue la série de questions du By Gala Project de Laetitia, la question suivante est :

As-tu un regret ? Si oui, lequel ? 

J"en ai, c'est sûr. Je commence à réfléchir en me disant que je ne dois rien regretter puisque ce que je suis devenue, c'est grâce à tout ce que j'ai fait. Mais je crois qu'il y a quand même des petites choses qui ont été inutiles. Comme commencer à fumer, même si j'ai (de nouveau) arrêté. Ou bien avoir redonner des chances à des gens qui m'avaient déçu et trompé, pour que ça se termine encore plus mal. Ne pas aller au bout de plusieurs choses aussi, mais ça me permet aujourd'hui de me forcer pour ne pas reproduire ce genre d'erreur. Mais ce sont tout de même des expériences, je pourrai en parler. Ca fait parti de mon passé. Restons concentré sur le présent !

Et toi ? 

22 novembre 2017

La bienveillance

Je continue la série de questions du By Gala Project de Laetitia, la question suivante est :

Quelle est la chose la plus importante à tes yeux ? 

La bienveillance ! Avant j'aurais probablement répondu "les autres, mes proches, ma famille", tandis que maintenant je réfléchis et je pense même à répondre "prendre soin de moi (pour pouvoir prendre soin des autres)". Alors pour résumer, ce qui est le plus important c'est la bienveillance, envers tout le monde, envers soi-même. 

Et pour toi ?

Posté par Justine_dlh à 12:20 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,